Café Philo Bastille

Le forum du Café Philo Bastille
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 logique du monde, maitrise, hasard et liberté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bruno



Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: raison et savoir   Ven 7 Mar - 14:14

Salut Pascal
La capacité à raisonner, et à pousser le raisonnement jusqu'aux limites même de la "raison", s'appelle le "criticisme", voir Kant par exemple. La raison doit être poussée jusqu'au bout d'elle-même, jusqu'à aperçevoir ses propres limites.
La question est : qui exerce cette critique ?
Est-ce la raison elle-même ? A-t-elle, par elle-même, cette
capacité ? Peut-elle être au delà d'elle-même ?
Kant, par exemple, pose l'Entendement universel et la bonne "volonté" comme transcendants par rapport à la raison humaine. Existe-il un Entendement universel capable de replacer la "raison" dans ses limites ?
Pour Kant, après avoir été remise en question, cette "raison" pure qui se pensait pouvoir tout expliquer, ne peut alors qu'organiser le connu. Elle ne peut s'occuper que des phénomènes, mais pas des noumènes (la chose en soi). La "raison devient alors essentiellement pratique, et en ce qui concerne la Morale, elle ne peut que l'appliquer à travers un "impératif catégorique" qui n'a pas à se justifier rationnellement.
Les philosophes antique faisaient la différence entre entre le LOGOS universel, qui est aussi L'Intelligence, la Parole, le Discours... et la simple raison humaine.
Ce Logos ne se réduit pas à la raison calculante. Nos capacités de raisonnement ne sont qu'un pâle reflet de ce Logos. Ce Logos ne nous permet pas seulement de raisonner. Il peut nous inspirer "Logos pneumatikos", voir le Daïmon socratique, ou nous féconder "logos spermatikos". Le Logos ne se réduit pas au raisonnement. C'est pour les grecs l'Intelligence même de l'univers.
Ont-ils raison ? A-t-on besoin d'une "transcendance" pour faire la critique de la "raison" ou peut-elle le faire par ses propres
moyens ? A chacun de voir et à chacun ses propres expériences.
En ce qui me concerne, la raison humaine vaniteuse et nos petits savoirs mesquins qui nous séparent de l'univers et de la "vie" ne sont pas séparés. Je ne confonds pas "savoirs" et "Connaissance".
Bruno
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Invité



MessageSujet: Re: logique du monde, maitrise, hasard et liberté   Sam 1 Mar - 22:49

salut philo déraisonnable (à moins que ... )
Si je comprends raisonnablement (mais est-ce possible ?) le plus sûr moyen de parler déraisonnablement de la raison est d' en parler raisonnablement !
En effet : si la raison est aveugle c' est alors s' enfoncer davantage dans le trou noir que d' en parler raisonnablement; et de plus, vu mon aveuglement sur l' état de ma raison, il m' est impossible, parce que déraisonnable (à moins que ce ne soit le contraire ... excusez ... je ne sais plus), de commencer par l' Univers et le Vivant.
D' où la question : est-il possible de parler sensément de la raison ?
voire de parler sensément de quoi que ce soit ?
Comme je ne puis répondre sensément à cette question je vais donc faire ce que j' ai toujours fait c' est à dire parler selon le "point de vue raisonnable et logique (un terrain plein d' ornières ...)" de ma raison ... et au diable sa supposée incapacité !
Ainsi que je l' ai mentionné souvent la seule astreinte du bien parler en philo est d' employer le mot juste; cela veut dire < ne pas induire, dans la pensée (la sienne et par suite dans celle de ses interlocuteurs), une action ou une attitude qui ne corresponde pas à "ce qui est" effectivement > ... tâche difficile s' il en est, tellement nous sommes pris de le jargon de l' air du temps qui se diffuse insidieusement sous la pression subliminale des autorités en tout genre.
Par ex l' emploi que nous faisons du mot "raison".
Est-il juste de dire que c' est la raison qui nous sépare de Dame Nature ? Ne serait-il pas plus juste (ou plutôt "juste" tout court) de dire que ce qui nous sépare c' est le savoir ? Voit-on quoi que ce soit par le savoir - qu' il soit raisonnable ou non - ?
Etant donné que le savoir est limité - il ne contient pas en lui même ce qui n' est pas connu - il ne permet donc que de reconnaître (et non pas connaître) ce connu ou de mesurer (encadrer ... etc ) l' inconnu par le connu - action qui masque voire déforme cet inconnu.
Or nous constatons que l' homme vit et se nourrit presque exclusivement de savoir; pas seulement la science et la technique, mais les traditions, les croyances, les lois, les services secrets et autres secrets industriels et financiers, et puis les puissantes "identités culturelles" - savoirs communautaires, nationaux ... etc ... - qui font que l' autorité n' est pas tant détenue par ceux qui commandent que par ceux qui réclamment et souvent exigent ( ... d' où les guerres ...).
Tout cela nous le voyons - et une telle action est hors savoir -
cette action est donc rationnelle parce qu' elle ne répond ni ne satisfait telle ou telle idéologie, autorité, espérance, foi ... et communauté.
N' est-ce pas cela la vanité de l' homme ?
S' en remettre déraisonnablement au savoir ?
Revenir en haut Aller en bas
bruno



Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Hasard, qui est aveugle ?   Mer 27 Fév - 12:30

Bonjour
Le hasard est généralement entendu comme étant le fruit d'un accident. Dans la théorie de Monod, la vie serait issue du hasard et de la nécessité. Même si cette vision mécanique et scientiste est dépassée aujourd'hui, elle a encore de beaux restes dans l'esprit de notre époque.
Le hasard se fonde ici sur l'idée, que la vie est aveugle et que lhomme, grâce à ses facultés raisonnantes, est en mesure de lui donner un sens.
Ors, nous pouvons renverser ce point de vue. Rien n'arrive par hasard. Ce que nous appelons hasard est le fruit de notre propre aveuglement. Il est produit par notre "raison" qui nous sépare de l'univers et du Vivant. Cette "raison" humaine est aveugle, car elle s'est séparée de la nature, pour la mettre à son service. Notre "raison" calculante nous isole de la Vie.
Les lois universelles sont trop complexes pour être analysées par l'esprit humain, mais l'homme décrète dans sa grande vanité, que tout ce qu'il ne comprend pas est le fruit du hasard et de l'accident.
Misère humaine ! "Humain trop humain !" dirait Nietzsche.
Bruno
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Invité



MessageSujet: le hasard   Mar 26 Fév - 22:40

Salut philo ...
Il n' y a de hasard que par rapport au connu n' est-ce pas ?
<< je n' y pensais pas; et j' étais même très loin de penser que cet évènement se produise aujourd' hui ... ou se produise en de telles circonstances ... etc ... etc ... >> est l' une des réflexions les plus courantes que nous formulons quand arrive cet intrus heureux ou malheureux ... un évènement qui arrive là où on ne l' attend pas, une perturbation heureuse ou malheureuse susceptible de remettre en cause le programme de notre journée (et voire plus ...).

Ainsi l' inattendu du hasard ne réside pas tant dans l' évènement inattendu lui même que dans les conséquences inattendues que cet évènement provoque ou est susceptible de provoquer: le hasard <à l' indicatif> où l' on compare "ce qui est" avec "ce qui aurait dû être";
c' est le hasard des évènements dont la loi de probabilité n' est pas connue ou non calculable ...le pilotage de l' action appelle donc l' improvisation ... la notion d' incertitude étant inopérante ...

... Et il y a l' autre hasard ... celui des mathématiciens et des physiciens :
- d' abord celui des évènements probables dont la loi de probabilité est connue ou calculable : ici l' incertitude est "stable", mesurable voire calculable ... le pilotage de l' action est programmable "en probabilité", le risque d' erreur étant calculable ...
- ... et puis celui des évènements où la notion de probabilité perd sa puissance; c' est le cas du "chaos déterministe" : là l' incertitude n' est pas "stable" car n' étant pas reliée à une probabilité; et dans certains cas cette incertitude augmente tellement ... alors le futur devient inconnaissable bien que la loi mathématique régissant le phénomène soit connue; ... une compatibilité logique entre connu et inconnu, entre certitude et hasard; ici c' est la notion de certitude qui est inopérante.
Alors le hasard ... ? un démon qui se nourrit du connu ?
Revenir en haut Aller en bas
bruno



Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Coïncidences   Lun 25 Fév - 13:23

Bonjour Jacques
Je ne suis pas opposé à ce que tu dis, sauf que le problème de la coïncidence n'est pas fortuit, surtout lorsque celle-ci se répète fréquement. Elle pose le problème d'une autre lois que celle de la causalité. Jung parle de "Syncronicité". Cette "Syncronicité" ne se manifeste-elle pas, justement, lorsque nous sommes en accord avec la loi globale et universellle ?
Bruno
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jacquesb



Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: logique du monde, maitrise, hasard et liberté   Dim 17 Fév - 21:04

L'être humain a un désir de maitrise totale du monde. Mais le monde lui échappe, peut être parce que ce monde est infiniment complexe et ne peut donc être totalement appréhendé par un cerveau fini. L'être humain crée des modèles finis qu'il maîtrise, qui sont des approximations de fragments du monde réel et qu'il identifie au monde pour avoir l'illusion de le maitriser. Des coincidences sont prises pour des corrélations. Il n'y a pas de logique interne à un sous-système. Il n'y a qu'une logique globale, celle de l'univers mais on ne peut pas la maîtriser.On appelle logique interne la logique d'un système qu'on peut maîtriser (au moins approximativement) suffisemment isolé pour qu'on puisse négliger ses interactions avec le reste de l'univers, mais ce n'est qu'une approximation. On a dit que le hasard est une ignorance de la logique du système mais il n'est pas certain que l'univers puisse être enfermé dans une logique finie. Les théories physiques sont des approximations successives et ça peut continuer à l'infini. Il y a peut-être là une place pour le hasard, la liberté, l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: logique du monde, maitrise, hasard et liberté   

Revenir en haut Aller en bas
 
logique du monde, maitrise, hasard et liberté
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» master 2 "monde du livre" à aix
» Rejetons les paroles sans valeurs de ce monde éloigné de Dieu
» Trouvé au hasard de mes recherches... Profession mendiant
» Institut du Monde Arabe
» Loi n° 78-17 du 6 Janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Café Philo Bastille :: Débats du dimanche matin-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: